Compte rendu du CA 16 Avril 2010 pour le Comité Disco

Bonjour à toutes et à tous

Hier j'ai pu me rendre au CA de Médiabib, j'ai donc représenté notre comité.

Etait présent le comité: Vidéo, Action culturelle, jeunesse et bien sûr les membres du CA

Madame Granjon a présidé la séance en remplacement de Bénédicte Lorenzo actuellement en arrêt de travail.

Nous avons discuté de plusieurs points:

- les attentes des différents groupes vis-à-vis du CA mais aussi celui du CA vis-à-vis des différentes commissions.

Il a été mentionné l'évolution possible de médiabib face aux différentes attentes des commissions...

- le probléme de communication entre les commissions et avec le CA (point important dans la discussion).

ce qui a entrainé la discussion vers le blog "disco 91".

En effet ce blog ou site permet de féderer les bibliothèques entre elles. Nous étions 10 bibliothèques a notre réunion Comité disco (un record je crois) et je pense personnellement que le blog y est pour quelque chose (merci sylvain).

- l'Action Culturelle (terme ambigu: programmation simple ou apport spécifique pour le développement de la lecture et de la culture)

- Le nombre d'adhérents à médiabib (ville, agglo communauté de commune) nous sommes aujourd'hui 25 adhérents sur environ 90 bibliothèques essonniennes. attention une adhésion peu regrouper plusieurs bibliothèques de plusieurs villes (agglo...)

- Les dates de la journée découverte ont été fixé au 6 et 7 décembre (petit mise à plat sur les enjeux des 2 journées, but à atteindre et public visé).


Josette Granjon a proposé une éventuelle possibilité de faire un tract commun pour des actions menées par médiabib.
Elle a aussi mentionné le fait que médiabib puisse payer la cotisasion du CG afin de bénéficier du parc de sonorisation appartenant à Acte91/Artel et qui a été repris par celui-ci.

Le blog de disco 91 remet sur la table l'intérêt pour médiabib d'avoir son site ou blog.

Nous avons décidé de 2 réunions très importantes :

1ère réunion :
Une réunion autour du blog/site Médiabib. il a été mentionné que doivent être invité les personnes connaissant les outils de mise en place de blog/site.
Avant tout il sera nécessaire à cette réunion de définir ENSEMBLE les possibilités de mise en place mais aussi les besoins en communication de chaque comité et du rôle du blog/site pour médiabib (communication Interne/Externe)
Cette réunion est planifiée pour le 4 mai au matin (Sylvain peux-tu te rendre disponible à cette date ? j'y serai et j'espère être accompagné par Olivier le responsable multimedia à la médiathèque de Viry).

2ème réunion :
J'ai proposé au Comité AC de venir rencontrer le comité disco à notre prochaine réunion.
Les autres commissions ont vivement souhaité être présentes. Nous avons donc décidé de tous nous retrouver ! La date retenue est le 3 juin à Morsang donc notre réunion initiale ne se tiendrait plus à-priori à CorbeiL. Merci d'en prendre note et de me faire part de vos
réactions face à ce choix (ainsi que de vos disponibilités) car ce nouveau programme chamboule notre réunion disco.

Je pense qu'il est nécessaire de se réunir lors de ces 2 demies-journées afin de mettre en place nos collaborations futures. Que pensez-vous si nous annulons notre rencontre disco au profit de cette derniere demie-journée ?
Une autre date de réunion pour le comité médiabib disco pourrait éventuellement avoir lieu le 10 juin afin de faire un débriefing au sein du comité Disco (mais cela fera peut-être trop de réunions et nous avons tous besoin de temp pour notre travail interne...). Tenez-moi au courant.

Pour le comité disco, Arno de Viry-Chatillon.
Lire La Suite...

Enregistrement des rencontres nationales des bibliothécaires musicaux

Vous avez sûrement déjà vu sur discothécaires, mais au cas où...
Pleins de bonnes idées à développer dans nos structures:
http://www.acim.asso.fr/spip.php?article306
Lire La Suite...

Cristalzik et Bibliomedia

Voici les liens pour 2 offres de musique numérique déstinées aux bibliothèques.

1/ Critlazik propose de numériser le fonds et de permettre sa consultation grace à la mise en place de bornes n'écoute.
Voir le lien suivant : cristalzik

2/ Bibliomedia propose quant à lui un catalogue de musique (mais aussi de video, dictionnaires, partitions, méthodes de langue, etc...) consultable à distance et téléchargeable.
Voir le lien suivant : bibliomedia
Lire La Suite...

Reunion - compte rendu 1er avril 2010 à Viry-Chatillon

Etaient présents des représentants de : Grigny, Morsang, Villebon, Juvisy, Athis-Mons, Viry, Corbeil, Chilly et de la BDP. (J’espère n’avoir oublié personne)

Ordre du jour :
 Bilan A.G. mediabib à Morsang
 La place du comité disco par rapport aux différentes commissions Mediabib
 Le blog
 Les animations et la mutualisation des spectacles
 Préparer le rendez-vous pour comité action culturelle
 Divers (marchés publics)

Bilan A.G. mediabib à Morsang

Nous avons commenté le bilan de la commission disco qui a été présenté par Salim et Vincent lors de l’Assemblée Générale en février dernier.
En passant en revue le contenu du bilan, nous nous sommes, entre autres, arrêtés sur les questions liées à la dématérialisation des supports.
Nous avons, à cette occasion, reparlé de l’éventualité d’une démo de Critalzik concernant la numérisation de fonds, étant donné que les collègues de Viry semblaient intéressés.
Ainsi, toutes les personnes qui n’y avaient pas assisté l’année dernière pourraient avoir une démo « améliorée » du programme de numérisation de fonds et de borne d’écoute proposé par Cristalzik ; j’entends par « améliorée » le fait que depuis l’année dernière, de nouvelles fonctionnalités existent dans le système même si elles ne représentent pas un changement fondamental.
Les contacts ont dû être transmis aux collègues de Viry qui prendront peut être l’initiative de programmer une date dans leurs mûrs concernant la démo Cristalzik.

La place du comité disco par rapport aux différentes comissions Mediabib

Lors de l’A.G. mediabib avait été évoqué les passerelles qui existent entre les différentes commissions disco, vidéo, jeunesse et action culturelle.
Nous sommes également conscients du fait que certains d’entre nous ont double casquette : video / disco ou qu’en plus d’être discothécaires, ils reçoivent des classes en animation, etc.
Nous avons également pointé le fait qu’il y avait très peu, voire pas du tout de communication entre les différentes commissions.
De ce fait, d’un commun accord, nous voulons émettre la demande auprès du C.A. de mediabib de nous faire parvenir les noms et les contacts de toutes les médiathèques adhérentes, dans l’optique de contacter les personnes qui ne seraient pas dans notre liste de diffusion.

Le Blog

Nous avons depuis quelques temps mis en place un blog « test » pour que les participants aux commissions mediabib disco puissent avoir un outil interne, de communication, de centralisation de l’info et de mutualisation des idées.
Sylvain nous a fait une démo et a expliqué de nombreux détails concernant la navigation et l’utilisation de ce blog.
Le blog est donc un outil qu’on peut utiliser à présent pour nos comptes rendus de réunions, pour annoncer les événements qui auront lieu dans nos espaces, pour poser des questions aux collègues (sur la constitution d’un fonds, sur la pertinence de telle ou telle animation, sur une discographie sélective, etc…).
Un « guide d’utilisation » est d’ores et déjà mis en ligne pour vous guider, en plus des explications « en direct – live » de Sylvain, lors de notre réunion.

Par contre, une série de questions se sont posées : qu’en est-il de la validation par Mediabib de ce blog ? Qu’en est-il du projet de remplacer le site de mediabib (qui ne fonctionne pas) par un blog, à l’image de celui que nous utilisons ? Devons-nous intégrer, à l’aide d’un onglet différent, le comité vidéo dans notre blog?

Les animations et la mutualisation des événements / spectacles / animations

Nous avons également discuté de cette idée de mutualiser les événements, spectacles et autres animations entre les différentes médiathèques présentes au comité disco.
C’est une idée séduisante : en proposant plusieurs dates en Essonne à un groupe de musicien venant de province, on a le moyen de faire baisser les frais de déplacements et sans doute de négocier le prix de session du concert ou du spectacle.
Donc, tout le monde y gagne ; le groupe a plusieurs dates de calées d’un seul coup et chaque médiathèque voit le cout du spectacle baisser.
Seulement, cela nécessite une prise en compte budgétaire bien en amont et donc de prévoir la programmation de ce spectacle avec beaucoup d’anticipation.
De plus (et c’est certainement là que la chose se complique), il faut que le spectacle corresponde à l’axe « artistique » développé par les autres médiathèques / discothèques.
Comment tomber d’accord sur le genre de spectacle à faire tourner dans les médiathèques ? Si l’une d’entre nous organise une saison sur les Antilles, l’autre sur la chanson française, l’autre enfin sur l’histoire du blues et du rock, comment accorder nos violons… ???
D’autre part, il y a une différence entre les médiathèques qui sont municipales et celles qui font parties d’un réseau (communautés de communes ou d’agglo). En effet, il peut arriver qu’une communauté d’agglos importante négocie elle-même auprès d’un groupe pour plusieurs dates dans différents lieux de son territoire. Problème de redondance ???
Enfin, administrativement, pour ce qui est des contrats et de la rémunération des spectacles, nous ne travaillons pas tous à la même vitesse ; faudrait-il imaginer des « promesses de programmation » ??? Ca pose aussi des questions de gestion administratives et de multiplication des interlocuteurs = lourdeur.

Invitation du comité action culturelle

Nous avons été invités à participer à une réunion du comité action culturelle de mediabib.
Normalement, 2 représentants du comité disco s’y sont rendus.
Leur compte rendu devrait nous parvenir d’ici peu.
Ceci étant, en vue de cette invitation, nous avons évoqué la journée plateau et notre implication éventuelle. Plusieurs questions se sont posées : comment y participe-t-on ? sous quelle forme ? doit-on demander une journée dédiée spécialement aux spectacles musicaux, en plus de la journée plateau déjà existante ?
De plus, des problèmes d’organisation et de logistique ont été soulevées : il est parfois difficile de demander à un groupe de se déplacer gratuitement pour jouer juste 2 morceaux.
Bref, la question est en débat.

Divers

Enfin, nous avons décidé d’aider les collègues de Viry en ce qui concerne la mise en marché public pour les lots de cd et de partager notre expérience dans ce domaine.
Il a également été question de proposer une nouvelle session de démonstration Critalzik ; reste à définir où et quand.
Lire La Suite...

Présentation de Pedro Kouyate, musicien malien

Pedro Kouyaté, multiinstrumentiste malien présente ses projets en duo (ici) ou en formation plus étoffée (ici)
Lire La Suite...

Coups de coeur

Crazy Rhythms / The Feelies
Qui aujourd’hui connaît Les Feelies, ce groupe new-yorkais des années 1980 ? Qui parierait sur ce cd dont la couverture vieillotte représente 4 nerds qu’on devine à peine sortis de la puberté ? Qui choisirait ce cd ? Personne et c’est un tort que la médiathèque souhaite réparer en vous proposant, dans ses bacs, le bien nommé Crazy Rhythms !
Ouvrez la pochette, posez le disque dans lecteur, appuyez sur ‘Play’ et détendez-vous, l’émerveillement ne tardera plus, d’autant que le premier morceau est sans aucun doute le meilleur de l’album. 30 mystérieuses secondes de clic-clic, percussions sourdes ouvrent sur un rappel de l’intro de On the road again, et avant que vous ne vous en soyez rendu compte, les guitares acides et la batterie urgente vous ont déjà emmené. Il ne vous reste plus qu’à rentrer dans la transe, il ne vous reste plus qu’à subir, charmé, la voix désabusée de Bill Million comme enfermée dans les percussions rageuses.
Car c’est une énergie punk qui habite ces quatre diables, certes le son rappelle les années 80, les guitares sont claires, mais la structure progressive des chansons, les riffs obsessionnels font lentement monter la tension, et vous poussent inexorablement ailleurs. Loin des albums formatés, des apollons de supermarché et de toute référence trop codifiée.
Héritiers du Velvet Underground et précurseurs des strokes et autres Vampire Weekend : voici le chainon manquant du rock !

Liquid clarinets / Matt Darriau ; Ismail Lumanovski ; Patrick Novara
Trois clarinettistes à leur meilleur : l’américain Matt Darriau des Klezmatics, le macédonien Ismail Lumanovski et le franco-italien multi-clarinettiste Patrick Novara, nous embarquent dans un voyage qui va du sud de l’Europe jusqu’aux rives de la Turquie, en passant par l’Italie, les Balkans et la Grèce.
Les musiciens mêlent ici avec bonheur, mélodies du répertoire Klezmer, musiques traditionnelles italiennes (notamment des tarentelles), musiques tziganes et des musiques traditionnelles du pourtour de la Méditérannée.
Le trio est soutenu par les percussions du napolitain Francesco Manna et l’accordéon du grec Dimos Vougioukas.
Un disque lumineux !

Down with Liberty …up with chains / Chain and the gang
Chain and the gang est le nouveau projet de Ian Svenonius, trublion du rock indépendant américain, ex membre de Nations of Ulysse, de Make-up et d’une multitude d’autres groupes, d’autres projets. Très engagé, il nous explique dans cet album que la liberté que connaît le monde occidental est synonyme de fast-food, de capitalisme sauvage, de militarisme, de destruction de l’environnement, de lutte des classes, il défie donc dans cet album tous les tenants de ce concept dévoyé de liberté.
Cela donne un album inclassable entre doo-woop dérangé, gospel saturé, rockabilly et gospel détraqué. Et alors me direz-vous ? Ce n’est qu’un album foutraque de plus, habillé d’un concept fumeux ! Non cet album débraillé est un miracle d’inventivité et de plaisir où la sauvagerie succède à la nostalgie, où l’amusement étreint l’engagement. Un album à ranger à coté de ceux de Cheveux, de Black Joe Lewis et d’une multitude de musiciens inconnus qui ont su se libérer de leurs chaines musicales.

March of the Zatopec / Beirut
Quand on évoque le nom de ce groupe, on peut légitimement penser à la capitale du Liban et donc à une musiques aux motifs orientaux.
Mais il n’en est rien car Beirut n’est pas vraiment un groupe, mais plutôt un jeune homme, un surdoué multi-instrumentiste d’origine nord-américaine.
Sur ces précédents albums, il nous faisait voyager entre pop et musiques des Balkans, avec une dextérité et une nonchalance quelque peu troublantes.
Pour ce nouvel opus, Beirut s’est rapproché d’un groupe de musiciens du Mexique ; ce qui a donné naissance, en particulier, au premier disque de cet album, véritable bijou mélancolique aux accents mexicains, à base de cuivres rutilants et autres tambours de fanfare, le tout servi par un chant « folk » dont Beirut a le secret.
A conseiller absolument à tous les amateurs de mélange des genres !!!

Tell’em what your name is ! / Black Joe Lewis & the Honeybears
Un disque de soul électrique, une plainte rageuse qui n’en finit plus. Black Joe Lewis se lâche, hurle de tout son soul, nous supplie, nous invective ; son cri écorché traverse un lit de guitares rageuses (Big Booty Woman ; Please, pt. 2) ou se fait plus soulful, plus bluesy (I’m broke, Sugar foot). En effet, il fait partie des shouters, ces chanteurs à la puissance vocale surprenante. Son timbre rappelle Wilson Pickett et James Brown réunis mais le groupe qui l’accompagne joue une soul plus sale, plus électrique.
Black Joe Lewis n’est un nouveau venu, il a longtemps écumé les petites salles de concert mais dévoré par le trac, il n’arrivait à chanter que complètement ivre. De déboires en déboires, il a surmonté sa peur et s’est fait connaître du grand public avec le single énervé : Bitch, I love you (que la décence m’interdit de traduire).
Entre le son Stax et le rock des sixties, voici un album qui transpire le Texas, qui sue l’énergie. En 30 minutes, the Honeybears délivre un message qui, sur une piste, peut libérer toutes les frustrations et tous les déhanchements.

Dirty French Psychedelics / Anthologie
Le « Dirty Sound System » est un label et un collectif de DJ’s parisiens dont les productions discographiques et les sounds systems sont très recherchés des amateurs des musiques underground et des curieux en quête de pépites musicales tombées dans l’oubli.
Voilà que ce collectif s’attaque aujourd’hui à la pop psychédélique et à la chanson française des années 70. Redécouvrez des titres peu connus de grands noms comme Bernard Lavilliers, Brigitte Fontaine ou encore Christophe mais aussi des artistes plus confidentiels comme Cheval Fou, Alain Kan ou Cortex qui font plus que soutenir la comparaison.
Idéal pour explorer la richesse et l’inventivité de certains des plus allumés de nos chanteurs tricolores.

Coba Coba / Novalima
Lorsqu’on parle de musiques péruviennes, à quoi pense-ton en premier lieu ? Je vous le donne en mille : le sempiternel « El condor pasa », bien sûr !
On peut aussi penser aux musiciens (qui, soit dit en passant, sont souvent boliviens) qui jouent de la flûte de Pan dans le métro ou sur les places des grandes villes, en été. Soit.
Les cheminements musicologiques de l’un comme des autres mériteraient une étude approfondie qui s’avérerait sans doute passionnante. Mais c’est sans compter sur la richesse et la diversité des musiques et des artistes péruviens qui, il faut bien le reconnaître, ont parfois du mal à s’exporter hors du continent américain.
D’Yma Sumac à Susana Baca, en passant par Melcochita ou encore Eva Ayllon, la scène péruvienne regorge de talents aussi variés que surprenants.
Avec Novalima, on arpente un territoire au centre duquel se croisent tradition et modernité, sonorités dub & influences afro-péruvienne, guitare électrique et « quijada » (mâchoire d’âne utilisée traditionnellement comme percussion). Novalima renferme dans cet album les secrets d’une alchimie réussie qui séduit aussi bien les aficionados des musiques latines que les amateurs de musiques « lounge ».
A écouter d’urgence !!!

Breakfast in Babylon / The Volunteered Slaves
Olivier Témime et ses Volunteered Slaves (hommage à un blues du saxophoniste Roland Kirk : Volunteered slavery) nous offre ici un jazz jubilatoire et funky. Ils s’en donnent à cœur joie sur des reprises de thèmes originaux allant des Jackson Five à Herbie Hancock, Prince ou Marvin Gaye… Avec un grand sens du collectif et une rythmique d’enfer, les six joyeux lurons nous font faire un voyage aux sonorités des années soixante-dix.
Ce jazz groove accessible donne un album jouissif à recommander à toutes les oreilles !

Coochie ; On the Vista ; Hard times ; … : Blakroc
Riffs poisseux, instrumentaux lourds, soul détraquée, flow éreinté, hip hop énervé, c’est toute la musique noire américaine qui est, ici, convoquée pour un rêve lascif et dangereux.
Les Black Keys, groupe de blues rock américain ont invité, sur cet album des pointures du rap (Mos Def, RZA, Ludacris, Q-Tip, RZA, Raekwon, Jim Jones… Après Walk this Way d’Aerosmith et Run DMC, après la fusion de Faith No more ou des Beasties Boys, après l’album rock de Mos Def, les âmes chagrines diront : « encore un projet mêlant rock et hip hop ! ». Certes le concept n’est pas novateur mais il fonctionne. Les Black Keys laissent la part belle aux MCs qui s’en donnent à cœur joie sur ces ambiances orageuses. Nous sommes dans le bayou, sous une chaleur poisseuse, là où la sorcellerie fonctionne encore.
Les black Keys permettent au hip hop de retrouver ses racines : le blues, mais un blues rural, le blues des bouges crasseux où les mauvais garçons se retrouvent et se vantent. Dans ce bar, les rappeurs sont tous très bons : Mos Def assure un flow décontracté et revenu de tout, Jim Jones transpire la marijuana et le bourbon bon marché, les membres du Wu Tang sont toujours au meilleur niveau et Nicole Wray, ex protégée de Missy Elliott ravit et fait chavirer ses chansons. Du crémeux What you do to me (playlisté par radio nova) et son clavier hypnotique au punky soul (façon Bellrays) Done did it, elle est la plus belle surprise de l’album.

Flashmob / Vitalic
Sans doute un des artistes les plus novateurs de la scène electro française actuelle, Vitalic n’a pas une notoriété à la hauteur de son talent. Il a pourtant vu un de ses premiers tubes « drafté » dans les projets des « 2 many DJ’s », ce qui a contribué à le faire connaître.
Après « Ok Cowboy », premier album aux contours technoïdes, aux beats groovys et aux riffs rock’n’roll, il revient avec « Flashmob », véritable machine à tubes. L’efficacité est plus que toujours au rendez-vous avec ce nouvel opus, entre techno dance floor et ambiances 70-80’s.
Le dijonnais s’inscrit donc avec ce deuxième album comme une valeur sûre des musiques électroniques hexagonales.
Lire La Suite...
Message plus récent Message plus ancien Accueil